Tourisme et Histoire

 

feuguerolles sur orne
Histoire de Feuguerolles sur Orne

Etymologie
On voit apparaître, pour la première fois le nom de Feuguerolles, dans un document de Hugues II, Evêque de Bayeux, vers 1035/1037.
A cette époque, on nommait cette paroisse de la proche banlieue de « Cadomus – Caen », du nom de Felcherolles, vers 1066  Filkeroloe, en 1082 Filcherloe, en 1092 Felgeroles, en 1144 Felcheroles, en 1153 Feuguerolles, vers 1190 Feulgeroles. Enfin à partir de 1198, Feuguerolles.
Ce nom vient du latin filix, intermédiaire de filicaria ou filicarium et qui signifie « Fougères ». Le patois Normand prononçait « Feugères ».

Une autre thèse voudrait que ce nom de Feuguerolles « Feu » provienne de la couleur de feu de la pierre de ses carrières, d’un brun roux, parfois rouge vif.
Quoi qu’il en soit, on peut dire que Feuguerolles connut, très tôt, une certaine notoriété à cause de sa pierre, située au lieu-dit « La Bruyère », dont le sous-sol constitué par un banc de grès quartereux fut exploité dès le moyen-âge et , fort probablement, aussi à l’époque Gallo-Romaine. Ce n’était pas de la pierre de taille mais sa solidité et sa couleur en faisait sa renommée.
Cette pierre fut, en grande quantité, transportée vers Caen « pavés des rues » et les maisons anciennes de Feuguerolles en portent encore la caractéristique.
On se souvient encore des belles propriétés dont les hauts murs et tourelles attestaient de la facilité à se procurer de la pierre sur place.

Cependant la réputation de Feuguerolles se fondait aussi sur la culture d’une plante d’une certaine importance pour l’époque : la Voide, dont la mise en valeur constructive du terrain a remis le nom en honneur.
Feuguerolles était une banlieue de Vieux appelée, en ces temps là, Viducassius Arigena au 11e siècle, peut être du latin « area » (emplacement pour bâtir), et « Genna » « La guine », cours d’eau qui passe à Vieux et rejoint l’Orne à Bully.

La religion

La vie d’une cité, à cette époque, qu’elle fut plus ou moins importante, se situait autour de l’Eglise. Il semble que le Christianisme existait, déjà, au moins à l’état sporadique chez les viducasses, mais il apparut au grand jour après la destruction de la capitale « Vidicassius » (Vieux) sous l’aposlotat de Saint Exupère, premier Evèque de Bayeux.
Entre le 4e et le 6e siècle, le Christianisme subit bien des vicissitudes et ne triompha définitivement qu’au 7e siècle.
On construisit dans les villages d’humbles églises en bois.
Alors, autour des Monastères Evrecy, puis Saint-André-de-Fontenay (Saint André sur Orne) les paroisses de la région s’organisèrent. Les limites paroissiales furent fixées dès leur constitution, et cela à cause de la perception de la dîme.
Vers 911, Rollon et ses bandes pirates s’installèrent en Normandie et partagèrent les terres à leur guise.

Vers la même époque fut fondée l’Abbaye Sainte trinité de caen (dite : Abbaye aux dames) par la reine Mathilde, épouse de Guillaume le Conquérant. Cette abbaye fut dédicacée en 1066.
Vers 1050, Raoul Tesson et son frère Erneis fondèrent l’abbaye de Fontenay près de de l’orne, entre saint andré et Feuguerolles,laquelle joua, dès lors, un rôle important dans la vie de Feuguerolles.
En 1204, Philippe Auguste réunit la Normandie à la France sans que cela n’amène de perturbations.
En 1226, Guillaume d’Orne, chevalier, abandonne ses droits de propriété aux religieux du Plessis-Grimoult.
En 1229, ilest fait mention d’une léproserie sise sur le territoire de Feuguerolles.

Certains anciens la situaient vers la la « Croix Vignoble » qui était dressée à l’intersection de la descente de la côte de Feuguerolles et du chemin allant vers les Cours d’Orne….

Pour en savoir plus, rendez-vous à la mairie…

bully sur orne

Le fief de Bully.

Le fief de bully contenait 200 acres environ sur la paroisse de Bully et en possédait également 72 acres sur le territoire de Feuguerolles.
Au 11e siècle, il était la propriété de la famille MARMION qui a laissé son nom à Fontenay- le-Marmion.

Au 13e siècle, il passe aux mains de la Famille de BULLY, puis du 14e au 16e dans la Famille BAUSSAIN.
La famille Baussain était de très ancienne noblesse et subsista à Feuguerolles jusqu’à la fin du 18 e siècle.
Son orthographe varia : de Baucent, Baucein, Beaussein, à de Baussain à partir du 15e siècle.
Son écusson portait « d’azur à agnus deï », la croix d’or et l’enseigne d’argent.
Son principal établissement était situé à Bully où elle s’était installée en 1240.Guillaume Baucein était Clerc Aumône en 1240, à l’Abbaye de fontenay, des terres sises à Bully.

La branche aînée ne quitta jamais Bully.

Race vigoureuse aux nombreux rejetons, il lui arriva fréquemment d’étouffer dans le cadre étroit du petit village Normand.

Alors, périodiquement elle essaima. De nombreuses branches iront se fixer soit à Vieux au 14ème siècle, May sur Orne, à Feuguerolles, à Maizet au 15ème siècle et au 16ème siécle à Curcy.

Famille terrienne par excellence, elle n’abandonnera jamais la terre.
C’est en vain qu’on chercherait un Baussain dans les emplois de robe, de finances, ni aller chercher, au 17ème et 18ème siècle, fortune à la cour, pourtant maints comte, marquis, ou même duc, qui montaient dans les carosses royaux, auraient pu lui envier l’ancienneté de sa noblesse.
Au 16ème siècle, la famille Baussain, tout entière passa au Protestantisme et un certain nombre d’habitants du village suivit son exemple.

Après les Baussain, le fief de Bully fut, d’ailleurs, presque toujours aux mains de familles Protestantes.
A partir de 1640, il appartint à Maître Jacques Asselin, sieur de Repenty.
Il y eut aussi plusieurs notabilités protestantes à Bully, tels Jacques Moissant, Sieur de Brieux, Maître Pierre du Bosc, ministre de la religion réformée, Beau frère de Jacques Moissant.
….

Pour en savoir plus, rendez-vous à la mairie…

Ces extraits sont tirés du livre  » Survol de mille ans d’histoire de Feuguerolles Bully »
De Claire Lamidey Voize. « La vie chez Nous »
Cet ouvrage est en vente à la Mairie de Feuguerolles Bully et à la médiathèque.
28 €.